L’allaitement maternel à domicile, ses difficultés et le rôle du pédiatre

Comment « calculer » les quantités de lait selon l’âge et par repas?

Bébé ne boit jamais par gourmandise. Si la fin d’un repas est ponctuée de cris violents qui disparaissent en quelques minutes sans entraîner de raccourcissement de l’intervalle avant le repas suivant, il n’est pas utile d’augmenter le volume du biberon ou de prolonger la tétée.
Par contre, en présence d’un petit mangeur, ne pas trop vite s’inquiéter ni incriminer le lait: biberon ou sein ne doivent pas être ingurgités cul blanc.
Principalement pendant le premier mois, le début de la tétée ressemble presque toujours à un sprint: bébé ingurgite d’une traite les 50 à 80 premiers grammes du biberon ou plonge sur le sein pendant 5 à 10 minutes sans relever la tête; quand le débit de lait est trop rapide, il s’étrangle à plusieurs reprises; le bruit que font les goulées de lait, en tombant dans son estomac, est souvent comparé à celui que produiraient « des chutes d’eau dans un tonneau vide ».
En cas d’alimentation artificielle, le choix de la tétine, on le devine, n’est pas sans importance.

« Principe du verre de bière » et « loi du tout ou rien ».
Quand on remplit un verre de bière, la formation de mousse, dont l’importance est proportionnelle à la vitesse de remplissage, empêche que celui-ci se fasse en une seule fois. Ainsi, dans notre image, la bouteille de bière représente le sein ou le biberon, et le verre, l’estomac de bébé. A tel moment de la journée, bébé a besoin d’une telle quantité de lait: « la capacité du verre » varie d’un repas à l’autre. Au cours de la tétée, de une à trois pauses plus ou moins longues peuvent lui être nécessaires pour faire un renvoi ou même « pour rien » (le temps que la mousse se tasse). Ces pauses vont de quelques minutes à une demi-heure. Bébé peut donc boire à sa faim en deux ou trois temps. Quelquefois et surtout si la pause a été longue, le deuxième temps et même le troisième peuvent avoir l’ampleur du premier. Dans bien des cas heureusement, ils se réduiront à quelques gorgées supplémentaires; le refus de les accorder provoquera inévitablement un réel malaise.
Si on donne, par exemple, à bébé 90 grammes de lait alors qu’il lui en faut 100, le manque si minime soit-il, déclenchera des cris violents, prolongés et inutiles.
« Tout » fera le bonheur de bébé: relaxation, « sourires aux anges », endormissement rapide.
« Presque tout » c’est comme si rien ne lui avait été donné: tension, grognements et puis colère.
Bien que souvent évoqué, le risque de « dilater son estomac » est une crainte non fondée.

En ce qui concerne les enfants nourris au sein, la durée d’un repas, pendant le premier mois et en dehors de la période dite des pleurs du soir, atteint couramment 1 heure à 1 heure et demie, arrêts compris; par la suite, elle se raccourcira considérablement du fait notamment de la disparition des pauses, pour ne souvent plus dépasser 5 à 10 minutes dès le deuxième mois sinon avant: ceci fera croire érronément à certaines mamans que leur bébé « prend moins ». Par ailleurs, certainement le premier mois, tant que bébé garde les yeux ouverts, c’est qu’il n’a pas fini!
Les besoins nutritifs de bébé, tout comme le développement psychomoteur, n’évoluent pas de façon linéaire mais par bonds successifs: ceux-ci se produisent le plus souvent de façon inopinée. Mais si pour l’enfant au biberon, il suffit, le moment venu, d’ajouter les mesures supplémentaires requises, pour l’enfant allaité par sa mère, l’adaptation se fera nécessairement au prix d’une augmentation des mises au sein. Dans ce dernier cas, la période d’ajustement de l’offre à la demande risque d’être interprétée à tort comme l’expression d’une diminution dans la production du lait maternel.
Pendant la période dite des pleurs, que nous analyserons plus loin et qui caractérise les soirées des trois premiers mois, l’enfant peut rester « des heures » au sein. Entre 18h et 22h, il tète mollement et par intermittence, il n’accepte pas d’être remis au lit. Certaines mères ont l’impression d’être, à ce moment, une véritable sucette pour l’enfant!
A un mois et demi, l’apparition du sourire et des premiers gazouillis, les yeux dans les yeux, surtout au lever du matin mais aussi après les repas, est une gratification fort attendue par la maman. Plus d’une perçoivent ces moments‑là comme la première récompense aux efforts consentis et expriment rétrospectivement la frustration ressentie jusqu’alors quand bébé s’endormait sitôt repu.
Dès le troisième mois, il se laisse facilement distraire par le mouvement autour de lui; ainsi, en cours de repas, il peut se détacher fréquemment du sein pour y revenir quelques instants après, curiosité satisfaite.
L’affirmation répandue dans le milieu médical et selon laquelle une tétée au sein ne devrait pas excéder 2 fois 10 minutes, l’enfant ayant absorbé « l’essentiel » de son repas en ce laps de temps, est nulle et non avenue comme le prouvent les observations décrites plus haut.
Il ne faut cependant pas méconnaître les bébés suceurs et gros mangeurs.
Les gros mangeurs ne sont pas toujours de grands suceurs; par contre, les grands suceurs sont toujours de gros mangeurs. Les mamans de ces derniers seront souvent amenées à confondre le besoin de sucer et « le principe du verre de bière » au point de fractionner les repas de manière involontaire et malencontreuse. Cela leur donnera l’impression parfois quelque peu lassante d’avoir un bébé pendu au sein. De toute façon, on peut affirmer que le risque de crevasses est extrêmement faible après la première semaine d’allaitement et ce, même quand les mises au sein sont relativement prolongées. Toutefois, l’usage d’une sucette ne doit jamais être rejeté a priori, et, dans ce cas particulier ,il peut s’avérer une aide précieuse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s